♥ Les 5 principes de vie de Mikao Usui ♥

​« Juste pour aujourd’hui, je me libère de tout souci. »

Ce principe nous invite à nous poser la question suivante : ai-je un souci ici et maintenant ? Dans 90% des cas, la réponse sera « non ». Le problème auquel nous faisons face est bien souvent alimenté par notre mental et ne trouve pas tellement de prises dans le réel. Mikao Usui nous ouvre la porte du lâcher-prise et nous pousse à laisser tomber nos préoccupations, à nous libérer de la peur, à vivre pleinement et de façon consciente ici et maintenant.

« Juste pour aujourd’hui, je me libère de toute colère. »

La colère est un dérivé de la peur et vient de notre refus de vivre notre vie telle qu’elle est, de notre volonté de tout contrôler. Ici, le but n’est pas de rester zen quoi qu’il arrive et de ne jamais se mettre en colère – ce qui serait d’ailleurs très utopique – mais plutôt de vivre sa colère consciemment quand elle arrive. C’est-à-dire, de ne pas la fuir, de la regarder bien en face quand elle est là, de lui faire un petit « coucou », pour finalement l’accepter, sans jugement. L’accepter ne veut pas dire s’identifier à elle. On pourrait prendre l’image du train qui passe : le train représente la colère. Soit je suis à l’avant, dans la locomotive, soit je suis sur le quai et je regarde le train passer. A moi de choisir.» nous renvoie finalement à l’unité cosmique : « Nous sommes tous UN ». Cette règle nous invite donc à ne plus vivre notre vie comme si nous étions isolés des autres. Nous influençons tous le cours de la vie, même à notre niveau, si petit soit-il. Quand je me mets en colère, j’alimente l’égrégore de peur. Quand je suis dans l’Amour, j’alimente l’égrégore d’Amour. A moi de prendre position. Les mots célèbres de Gandhi : « Sois le changement que tu veux voir dans le monde. », prennent alors tout leur sens.

« Juste pour aujourd’hui, j’honore mes parents, mes maîtres, mes professeurs. »

Ce principe nous invite à avoir de la gratitude pour toutes les personnes qui nous ont guidés sur notre chemin : nos parents, nos maîtres, nos professeurs. Les expériences que nous avons vécues grâce à eux, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, nous ont transformés et amenés à être qui nous sommes aujourd’hui. Il s’agit d’avoir du respect pour eux. La notion de pardon est également associée à ce principe. En effet, le ressentiment que l’on pourrait avoir envers un parent par exemple ne nous aide en rien à nous élever vers la plus haute version de nous-mêmes. Le ressentiment ou la haine ne conduit qu’à bloquer l’énergie et à former des maux dans notre corps. Le pardon n’est pas une obligation, c’est une libération que l’on s’offre.

« Juste pour aujourd’hui, je vis et gagne ma vie honnêtement. »

Vivre et gagner sa vie honnêtement signifie être en accord avec soi-même, ne pas se trahir. C’est voir ses pensées, ses paroles et ses actes être en harmonie. Par exemple, quand je pense « non », je dis « non » et je fais « non ». Je ne dis pas « oui » et je ne fais pas « oui ». Sans s’en rendre compte, nous nous trahissons de façon inconsciente des dizaines de fois par jour. La façon la plus simple d’être honnête avec soi-même, tout en vivant harmonieusement avec l’autre, est de partir de son ressenti. Cela permet de ne pas être dans le jugement et d’expliquer sereinement ses raisons d’un « oui » ou d’un « non ».

« Juste pour aujourd’hui, je respecte la vie sous toutes ses formes. »

Ce principe nous renvoie à l’équilibre écologique de notre planète. Pour que l’écosystème fonctionne harmonieusement, toutes les formes de vie doivent coexister, vivre ensemble. Mikao Usui nous invite à prendre conscience de cela et à ne pas déranger cette harmonie.

Cette règle de vie va même plus loin et nous pose la question suivante : Suis-je une forme de vie parmi toutes les autres ou y’a-t-il une seule vie dont je suis une parcelle ? Ce questionnement nous renvoie à l’interconnexion entre les êtres, au grand tout donc nous faisons tous partie. Mon bien-être est lié à celui des autres, et le bien-être des autres est lié au mien. Quand je me fais du bien, je fais du bien autour de moi, et vice-versa. Quand je suis dans le jugement, je ne respecte pas l’autre, et donc finalement je ne me respecte pas non plus. S’accepter entièrement et inconditionnellement est le premier pas pour accepter l’autre et la vie sous toutes ses formes. Ceci n’implique évidement pas d’être passif et d’accepter tout ce qui se passe sans discernement. Nous avons le droit d’avoir une opinion, de choisir les expériences que nous voulons vivre et les personnes que nous souhaitons côtoyer.

Jugement et opinion sont deux choses différentes :

  • Quand on dit « Cette pièce de théâtre est mauvaise » : nous portons un jugement.
  • Quand on dit « Je n’aime pas cette pièce de théâtre » : nous exprimons une opinion.

Le résultat est très différent.​

Ce principe « Juste pour aujourd’hui, je respecte la vie sous toutes ses formes » nous renvoie finalement à l’unité cosmique : « Nous sommes tous UN ». Cette règle nous invite donc à ne plus vivre notre vie comme si nous étions isolés des autres. Nous influençons tous le cours de la vie, même à notre niveau, si petit soit-il. Quand je me mets en colère, j’alimente l’égrégore de peur. Quand je suis dans l’Amour, j’alimente l’égrégore d’Amour. A moi de prendre position. Les mots célèbres de Gandhi : « Sois le changement que tu veux voir dans le monde. », prennent alors tout leur sens.